Éco-Restaurateur, pour une alimentation durable

logo ecorestaurateurUn aliment parcourt en moyenne 1500 km avant d’arriver dans l’assiette du consommateur européen. Face à ce constat, aux pratiques de l’agriculture intensive et de la grande distribution ou encore aux préoccupations environnementales, un mouvement global et profond se développe autour de l’alimentation et de l’agriculture pour prôner des pratiques durables de production et la consommation des produits de qualité (au niveau de la santé et du goût).

Des projets se développent dans toute l’Europe, de manière formelle ou informelle, impliquant des citoyens, des associations, des entreprises, des collectivités territoriales, des autorités publiques et ce, de la production à la consommation...

suite

Ce secteur, qui peut générer beaucoup d’emplois et notamment des emplois peu qualifiés, durables (car liés au territoire) et valorisants, implique un fort besoin de formation. Des manques ont pu être constatés au niveau de la structuration de l’offre de formation, de l’accès aux publics fragilisés et du manque de dissémination dans les habitudes alimentaires.

Le projet "Éco-Restaurateur, pour une alimentation durable" vise à répondre aux besoins en termes de compétences pour le secteur émergeant et à forte croissance de l'alimentation durable, au sens bio et locale. Il veut lier, par les outils ECVET les plus rigoureux, les apprentissages réalisés au marché du travail. Ainsi, profils de compétences, système d'évaluation et référentiels de formation seront établis au contact des parties prenantes économiques.

Les objectifsgroupes d'apprenants casa artusi_RTN3

Le projet Éco-Restaurateur cherche à implémenter la certification « Éco-Restaurant » au niveau européen afin :

  • de soutenir la structuration des formations
  • de faciliter l’accès aux publics fragilisés (outils et matériel pédagogique développé en fonction, en tenant compte des compétences-clés)
  • de disséminer des bonne spratiques dans les habitudes alimentaires (diffusion à un large public des ressources, etc.)

Les partenaires

Le partenariat est large, diversifié et équilibré. Il est constitué de 5 partenaires européens, fédérations actives au niveau national ou régional :

Ainsi que de 5 acteurs locaux belges de terrain

Les résultats attendus

Trois productions intellectuelles sont attendues :

Un profil de compétences durables pour restaurateurs

Basé sur la méthodologie ECVET et confronté aux parties prenantes pour validation et enrichissement, il a pour objectifs :

  • d'aider les centres de formation participants à visibiliser leur offre de formation;
  • de soutenir la mise en oeuvre de pratiques durables et le transfert de ces savoirs et savoir-faire dans les programmes de formation;
  • de structurer le reste des productions.

Un système d'évaluation

En vue de faire valider les compétences acquises dans le cadre de formations, il importe de se doter d'éléments permettant de s'assurer que les compétences évaluées ont bien été acquises. Il faut développer un système cohérent permettant la confiance entre les opérateurs et passer ainsi de l'évaluation à la validation à une éventuelle reconnaissance automatique des acquis.

Objectifs poursuivis : le système d'évaluation développé devra donner une structure commune claire, mais permettre aux opérateurs de formation de se l'approprier en fonction de leurs spécificités ou du contexte alimentaire local. Il se clôturera par la délivrance d'une certification reconnue entre les partenaires du projet.

Méthode :  en regard des dispositifs existants, détermination des critères et indicateurs incontournables, ainsi qu'un mode de contrôle, des modalités d'épreuves (tâches et conditions de réalisation) et des conditions pratiques de mise en oeuvre de cette ou ces épreuves.

Des référentiels de formation locaux

Les profils de compétences doivent être structurés pour être utilisables par les opérateurs de formation et rendre accessible les productions ECVET aux acteurs de terrain. Il s'agit ici de traduire le profil en Unités d'acquis d'apprentissage (UAA), comparables entre elles, et de les décliner en modules intégrables dans les formations des partenaires. C'est ici que seront prises en compte les particularités locales.

Objectif poursuivis : doter les opérateurs locaux des outils nécessaires pour rendre concrètes les formations et les adapter aux spécificités des méthodes d'apprentissages nationales.

Méthode : les partenaires devront déterminer les unités de formations pertinentes, les découper en séquences pédagogiques et en objectifs opérationnels. Ensuite, les opérateurs nationaux devront s'emparer de ces productions et les décliner dans leurs formations en modules courts et cohérents avec leurs systèmes établis. Enfin, un système de testings/modifications sera développé, et un événement de dissémination mettant en avant les participants à ce testing sera organisé à destination des parties prenantes.

Les supports disponibles

Les résultats du projet sont réunis sur un seul support : un syllabus contient les 3 productions intellectuelles (les référentiels "profil", "évaluation" & "formation") composés autour de deux activités-clés, en restituant préalablement le contexte (chap. 0) et les principes (chap. 1) sur lesquels reposent ces référentiels ; le syllabus propose alors diverses activités qui se déclinent en fiches pédagogiques regroupées en modules de formation (chap. 2 à 6), ces fiches constituent une source d’inspiration pour préparer autant de séances de travail à s’approprier selon la sensibilité du centre et le niveau des apprenants.

Syllabus_FR_&_Annexes

Syllabus_EN_&_Annexes

Syllabus_BG_&_Annexes

Syllabus_PL_&_Annexes

Syllabus_IT_&_Annexes

Le site du projet

Cliquez ici pour le consulter.

News

- Page et groupe Facebook pour le projet Éco-Restaurateur

- "13 juin, café-citoyen Éco-Restaurateur à Notre Maison"

- "20 juin - matinée de réflexion : mettre son centre de formation en projet, focus sur le projet Éco-Restaurateur"

Eco+, un réseau un réseau wallon de formations en éco-construction, 2011-2014

Logo Eco+ECO+ est un réseau wallon de formations en éco-construction destiné aux demandeurs d’emploi les plus éloignés du marché du travail. Ce vaste projet rassemble 9 centres de formations par le travail en Wallonie et a pu voir le jour en 2009 grâce au soutien de la Commission européenne (FSE) et de la Région wallonne. Visiter le site Eco+ pour en savoir plus. 

suite

Le contexte

L’éco-construction répond à une demande de la population, puisqu’elle réduit la facture énergétique et l'émission de gaz à effet de serre, qu'elle est plus respectueuse de l’environnement, etc. Ainsi, la demande a explosé au point que les entreprises privées ne sont pas toujours à même d’y répondre. Les entrepreneurs trouvent difficilement du personnel formé à l’utilisation des produits et des matériaux écologiques. La maîtrise des nouvelles techniques est donc un défi pour les professionnels … et encore davantage pour les centres de formation !

Le projet et ses objectifs

L'objectif premier d’Eco+ est de former à l’éco-construction les demandeurs d’emploi difficiles à insérer, dans l’optique d’accroître leurs chances de trouver un emploi durable. Cette spécialisation technique est le gage d’une insertion professionnelle durable et de qualité dans l’emploi.

Concrètement, le projet poursuit les objectifs spécifiques de développer les compétences des centres et de  compléter les filières existantes par des modules de formation spécifiques en éco-construction, suivant les axes suivants :

  • Référentiels et programme de cours spécifiques
  • Compétences des formateurs
  • Matériels et équipements
  • Chantiers
  • Stages et lien à l’emploi

Les partenaires

Deux fédérations se sont unies pour plus d’efficacité :

  • FIAS – ACFI ASBL comme porteur du projet;
  • l’AID qui a en charge le volet pédagogique et méthodologique.

Le cluster eco-consruction est également partenaire.

Résultats, productions et réalisations

Les techniques enseignées sont très variées :

  •     isolation bioclimatique,
  •     étanchéité à l’air,
  •     panneaux solaires,
  •     toitures végétales,
  •     enduits naturels,
  •     ossature bois,
  •     lagunage,
  •     murs en pierres sèches, etc.

couverture Ref. Eco+ 2013La version 2013 des référentiels est disponible ! Vous pouvez retrouver la présentation de cette publication sur ce site ou nous solliciter pour la recevoir en version papier. Si vous êtes membre AID, vous pouvez également avoir accès à l'entièreté de l'outil en version numérique via l'espace privatif (rubrique "publications").


Méthodologie

  • Expérimenter les actions de formations
  • Mutualiser les savoirs et savoir-faire des centres et des formateurs en matières de pédagogie et d'organisation.

Télécharger le dossier du projet 

Visiter le site officiel du projet Eco+

 

Un projet de l'AID l'Escale : Flavors and Flagrances jobs

Logo FFJLe projet FFJ (Flavors and flagrances Jobs, i.e. métiers des Saveurs et des Senteurs) porte sur la question de la formation et de l'emploi dans un secteur où le marché est en pleine expansion: les industries des Saveurs et des Senteurs.

logo EscaleLes produits biologiques, locaux, agricoles, les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) ainsi que les plantes de ferme, de l'industrie alimentaire ou agro-aromatiques, ce secteur à fort potentiel est confronté à un défi majeur: tranformer l'évolution des nouvelles normes et exigences réglementaires (pour la santé du consommateur la sécurité et la protection de l'environnement) en une réelle opportunité.

suite

Le contexte

Les défis s'ancrent dans le développement de l'activité économique, principalement en zones rurales, dans la promotion des compétences et des métiers impliquant l'innovation, ainsi que dans la qualité et la spécificité des produits. Ces produits contribuent à l'économie, à l'identité et à l'image d'un territoire. Par conséquent, ils apparaissent comme un facteur de développement local économique local.

Le projet et ses objectifs image FFJ bouteilles

Les objectifs du projet sont identifier ainsi :

  • Évaluer les compétences et les besoins en formation des entreprises de l'industrie des Saveurs et des Senteurs, dans chaque territoire du partenariat (voir ci-dessous)
  • Offrir des formations adaptées aux défis de développement, en Europe, au niveau national ou régional, dans le domaine de la production, de la réglementation et commercialisation des produits de l'industrie des Saveurs et des Senteurs, ainsi que de former les employés aux nouvelles normes (environnementales, contraintes sanitaires, santé des consommateurs, harmonisation européenne des labels officiels de qualité,...)
  • Identifier les métiers de l'industrie des Saveurs et des Senteurs, métiers aux contours actuellement mal définis
  • Réunir et diffuser les bonnes pratiques en matière de structuration et de développement du secteur des Saveurs & Senteurs
  • velopper et promouvoir les métiers de l'industrie des Saveurs et des Senteurs, y compris le secteur organique (plantes biologiques).
  • Mettre en lumière la valeur et la reconnaissance de ces métiers et ses savoir-faire à travers le cadre européen des certifications.
  • Créer un réseau européen de coopération et un cadre pour les échanges sur les enjeux des métiers de l'industrie des Saveurs et des Senteurs. Ce réseau traitera notamment des défis à venir en matière d'emploi et de formation, en particulier dans les zones rurales.

Les partenaireslogo Escale

L'AID l'Escale, propose des formations dans les domaines de la construction (peinture, parachèvement du bâtiment,...)  et de l'horticulture (entretien parcs et jardins). Elle est l'un des 6 partenaires européens associés au projet projet FFJ, projet Léonardo Partenariats soutenu par le Programme Lifelong Learning (LLP) de l'Union Européenne.

Les 5 autres partenaires sont :
logo LLP UE

  • CDE Petra Patrimonia, France - Soutien des chefs de projet dans la création d'activité dans les domaines des constructions historiques et du patrimoine paysager et environnemental.  

  • DEINDE Ltd, Poland- Activités éducatives, services de formation, projets européens dans le domaine de l'apprentissage tout au long de la vie.
  • Agroinštitút Nitra, Slovaquie - Apprentissage tout au long de la vie dans le secteur de l'agriculture et de l'environnement, Services de conseil agricole.

  • EPIRUS AE, Grèce - Agence de développement régional, soutien scientifique et technique aux organisations des Autorités Locales et à leurs associations, développement de programmes en matière de protection de l'environnement

Résultats et productions

Le projet doit atterir, dans son rapport final d'évaluation, et éventuellement dans d'autres supports tels que son site Internet, à apporter des réponses et recommandations sur ces 3 questions-clés : 

  • Quelles sont les compétences nécessaires aux employés de l'industrie des Saveurs et des Senteurs, comment améliorer les compétences dans le secteur ?
  • Quel type de formations ad hoc doit-il être presté, en particulier pour assurer la sécurité sanitaire et se conformer aux nouvelles normes réglementaires ?
  • Comment développer l'industrie des Saveurs et des Senteurs et ses métiers pour attirer et recruter de nouveaux employés ?

Tous les résultats attendus pour le projet sont listés sur la page outcomes du site FFJ (en anglais)

Contacts

Retrouvez les actualités du projet sur le site Internet de FFJ (en anglais) et sur la page Facebook de FFJ.

Green Network : formation au développement durable en milieu rural, 2011-2013

green network - photo de groupeL'AID coordination a participé au projet Grundtvig de coopération européen « Green Network : Sensibilisation et formation au développement durable en milieu rural ». Ce programme, financé par l'Union européenne, vise à favoriser l’échange de bonnes pratiques en matière d’Agenda 21. Les informations relatives à Green network disponibles sur le blog du projet.

suite

Les partenaires

Le partenariat est riche avec, outre l'AID, 3 partenaires de statuts différents :

  • la Communauté de Communes du Nebbiu (France, Corse)
  • l'associacion Ibérica de Municipios Riberenos del Duero (Espagne)
  • la Communauté de Communes Luberon Durance Verdon (France, région PACA)

Les objectifs du projet sont les suivants :

  • impulser une dynamique d'échange européenne autour de la promotion du développement durable en milieu rural notamment ;
  • cibler les acteurs stratégiques œuvrant sur les territoires ;
  • initier des projets et élaborer des actions destinées à sensibiliser les responsables d'associations, les élus locaux en milieu rural ;
  • sensibiliser les adhérents / administrés à la protection partagée de l'environnement, les mobiliser sur les actes éco-citoyens du quotidien.

Ce partenariat se déploie autour de 2 groupes de travail ciblés qui associent dans chaque pays : membres du personnel, responsables d'associations, élus locaux, personnes ressources, experts et population locale.

Des rencontres transnationales ont été organisées afin de coordonner, de mutualiser et de synthétiser les dispositifs.

Des informations complémentaires sont disponibles sur le blog du projet

Green wishes, pour favoriser l'essor des métiers verts

Green wishes - photo de groupeLe projet Green Wishes est un projet d'une durée d'un an, qui visait l'essor des métiers « verts » et l'encouragement de l'activité économique dans le domaine du développement durable. Ce projet de type Progress a réuni 5 pays : la Belgique via les AID (porteur du projet), l'Italie, l'Espagne, la Grande-Bretagne et la France, via la Corse et l'organisation ID Formation

suite

Objectifs

Les objectifs du projet Green Wishes sont :

  • les échanges de bonnes pratiques afin de définir les conditions de création d’emplois pour des publics fragilisés dans les métiers verts et en particulier dans le domaine de la construction (isolation de toitures vertes, photovoltaïques…);
  • la définition des conditions de fonctionnement de l’économie sociale se spécialisant dans les métiers verts.

Partenaires

Plus précisément, voici les partenaires participant au projet Green Wishes :

Rôle du CEC : Coordination transnationale en lien avec l'AID, collecte des bonnes pratiques, organisation du séminaire final en collaboration avec les AID et le Forem, dissémination et résultat du rapport final en lien avec les AID.

Voir aussi l'article de Corse Matin du 24-oct. 2010